AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
welcome in the caribbean !
news & cie
{ Toutes les nouveautés du forum, remaniements, recensements, changements de design ou encore annonces vous seront indiquées à cet endroit. Surveillez régulièrement le twitter du forum pour vous informer des dernières actualisations techniques ! }
chronicles of caribbean’s video
statistics
GROUPS STATISTICS

PIRATES
PORT ROYAL CITIZENS
TORTUGA CITIZENS
SINGAPORE CITIZENS
EAST INDIA TRADING COMPANY
ROYAL NAVY
PRIVATEERS
SEA'S SERVANTS
10
9
1
1
6
3
1
3

GENDER STATISTICS

GIRLS
BOYS
16
17



warning
credits
TEARS TO SHED, à sa première version fut fondé par Elvira, Yoric et Charles. Il est le nouveau-né d'une longue lignée (qui existe depuis février 2008) de forums basés sur le thème des Chronicles of Pirates of the Caribbean. Le design fut réalisé par Elvira, et certaines œuvres graphiques restent néanmoins la propriété de Forumactif. Toute copie, partielle ou complète est sévèrement punie par la loi, et ainsi : strictement interdite. Le contenu du forum revient aux membres du staff, ainsi qu'aux membres de TTS, veuillez respectez leur travail. A la V2 du forum, l'équipe administrative à été remaniée suite au départ de Charles, et est composée d'Elvira, Yoric, et de deux nouvelles têtes : Grace et Cutler. (Ajout de juillet 2011 : ajout d'Elizabeth au staff, suite au départ de deux de ses membres. )

Partagez | 
 

 `` no way, no chance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
«Admin : ◊ LADY - MARRIED TO THE DEVIL »
avatar
♠ IRL Age : 25
♠ Parchments : 415
♠ Where are you ? : ❝In the arms of my husband.❞
♠ Habilities : ❝1# Good Shooter. 2# Excellent handling of weapon. 3# Conspiracy. 4# Mean. 5# Traitor.❞
♠ Camp : ❝Long live to the King.❞
♠ RPG Age : 27years old.
♠ Quote :
“Nothing can harm us
when God leads us”
"Deo Dvcente Nil Nocet" ━ East India Trading Co. Motto. | Blason de la Famille de Hanovre.

♠ Dealing ♠
҂ ORIGINES : Germano-britanniques.
҂ PROFESSION : Gouverneur, assistante, représentante.
҂ RELATIONNEL :

MessageSujet: `` no way, no chance   Mer 2 Fév - 2:02





◄ Someone is watching over me ►

Le soleil commençait à peine à se coucher au loin, caché par de grossières tâches blanches discernables comme étant des nuages. Un son quelque peu familier résonna à ses oreilles, celui de la mer, du grand océan. Elvira avait toujours aimé cette sensation, cette liberté. Et pourtant, installée devant le vaste bureau en chêne massif, une main plaquée contre son bord en bois vernis, Elvira était songeuse. Rien ne suffisait à calmer son angoisse, sa frustration naissante. Cela faisait quelques choses que la belle blonde était dans ce pitoyable état, à voguer entre l’énervement et la tiédeur de l’indifférence. Même le bruit lancinant des vagues se cognant à la luxueuse coque du One of Blades, faisant tanguer le navire très doucement de droite à gauche, la laissait dans son monde, de marbre face à ce doux spectacle. Quelque chose la contrariait au plus haut point, et elle se refusait obstinément de le dire à qui que ce soit, comme si cette légère gêne allait disparaître de par elle-même un beau jour. Mais beau le temps passait, sa frustration redoublait de jour en jour, et l’aristocrate ne parvenait plus à contrôler ses affreuses sautes d’humeur à l’égard de son petit personnel. Ils connaissaient tous lady Grey, sous toute sa splendeur, pour la plupart. Mais Ô grand dieu jamais, elle n’avait été aussi irritable et intransigeante avec eux, les poussant à bout de nerf, peut-être même jusqu’à la dépression psychologique. Rien ne la satisfaisait, rien de ce qu’ils faisaient pour elle ne la comblait. Rien de tout cela.

Lady Grey émit un vague soupir, seule, dans la grande cabine plongée dans le noir le plus total. Pour la première fois de sa vie, elle n’avait pas la science infuse. Elle doutait d’elle, et tout semblait lui échapper. Ses ongles tapotaient discrètement les bords de son imposant bureau, avec une certaine nervosité. Elvira avait demandé au sergent Williams de faire venir son demi-frère, aujourd’hui, d’ici cinq minutes, dans sa cabine. Elle devait s’entretenir avec lui d’une affaire de la plus haute importance. Depuis un certain temps, Elvira se méfiait de tout le monde, y compris de miss Bailey. Cette dernière lui semblait être louche, incroyablement belle, mais louche. Suspicieuse comme jamais, lady Grey avait même fait quelques recherches de son côté, ayant découvert que son frère fricotait avec l’aristocrate blonde. Apprendre une telle chose ne l’avait réellement pas enchanté, à vrai dire, elle en gardait un peu d’amertume.

Mais ce n’était pas tout. Il y avait Beckett, en tête de liste. Elle aurait rêvé apprendre quelque chose de compromettant à son sujet, elle le désirait si fort, que pouvoir e faire chanter suffisait à l’émoustiller pour une journée entière. Ainsi, le lieutenant Davidson Brown était parfait à ce rôle d’espion. Depuis sa brillante prestation dans une des tavernes malfamées de la ville de Charlestown, Elvira lui confiait des missions de plus en plus délicates, lui montrant sa confiance, et lui laissant à chaque fois la chance de se surpasser, et de la rendre fière. La séance de torture à Charlestown, de ce bon vieux lord Greenwich l’avait enchantée, elle avait enfin pu goûter à la chair ensanglantée, aux larmes de douleur, et aux supplications vaines et inutiles. Lady Grey possédait une nature si sadique, si tourmentée et complexe, que nulle autre que Davidson Brown serait capable d’apaiser son courroux.

Au bout de quelques minutes, la porte de la cabine s’ouvrit calmement. Elvira n’eut pas besoin de se retourner, et de faire face à son frère, elle savait pertinemment bien qu’il ne pouvait s’agir que de lui. Alors, les mains toujours posées sur la surface du bureau, la Lady susurra de sa voix froide, mais suave :

« Lieutenant Brown, débuta-t-elle, je vous attendais avec beaucoup d’impatience. Lady Grey fit volte-face, et s’empara d’une bouteille d’alcool de grande marque, du Brandy, directement importé d’Angleterre, qu’elle versa dans deux belles coupes de verre. – J’ai une importante mission à vous confier. J’aurais besoin de vos services d’espionnage -- pour en apprendre plus sur miss Bailey von Hessen-Kassel, ainsi que-- sur notre très cher lord Beckett. »

Elvira esquissa un sourire, sans grande conviction, sans sentiments. Elle en serait incapable à cet instant précis. Ses doigts en trembleraient presque de rage, tant elle voulait prendre sa revanche. La lady termina de verser le doux liquide ambré dans chaque verre, puis reposa la bouteille à l'intérieur d'une petite étagère suspendu au mur tout près du meuble de la bibliothèque. Retournant s'installer sur son confortable fauteuil en velours pourpre, Elvira prit une des coupes en main, et bu quelques gorgées de ce doux breuvage alcoolisé. Il coula le long de sa gorge desséchée, lui brûlant légèrement la chair, et pourtant, elle s'empêcha de toussoter légèrement. Elle était habituée à ce contact, à cette texture. Lady Grey reposa le verre sur la table, et s'empara de quelques papiers, le regard planté vers son demi-frère.

« Mais avant tout, Brown... renchérit la blonde, un petit sourire sincère aux lèvres, Comment vous portez-vous ? Ce n'était pas habituel, chez Elvira Grey, de poser ce genre de questions à ses employés, et pourtant, elle la posa. Car au fur et à mesure, à passer du temps avec Davidson, la belle avait apprit à l'apprécier bien plus qu'il n'y paraissait. Et qu'elle se souciait de sa santé, autant que celle de ses plus proches amis. »




‟So prepare for the coup of the century. Be prepared for the murkiest scam. Meticulous planning. Tenacity spanning. Decades of denial. Is simply why I'll be queen undisputed. Respected, saluted‒ And seen for the wonder I am.”

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tears-to-shed.bbactif.com
« CHIEF-LIEUTENANT »
avatar
♠ IRL Age : 25
♠ Parchments : 238
♠ Where are you ? : Là où m'envoient les fantasques dessins de ma demi-soeur...
♠ Habilities : Loyauté, fidélité, manque de scrupules
♠ RPG Age : 25 ans
♠ Quote : .

♠ Dealing ♠
҂ ORIGINES : Lieuntenant en chef à la Compagnie des Indes Orientales, assistant de Lady Elvira Grey
҂ PROFESSION :
҂ RELATIONNEL :

MessageSujet: Re: `` no way, no chance   Ven 4 Fév - 16:39

Davidson Amycus Brown, Baronnet et Lieutenant en Chef de son état, avait été, durant sa carrière, en bien des endroits dangereux du globe. Il avait connu des batailles, grandes et petites, du combat entre vaisseaux aux duels en passant par les échauffourées les plus diverses. Il c’était rendu dans des lieux où sa simple présence pouvait être synonyme de mort, comme Tortuga le rebelle ou certaines îles peuplées de sauvages parfois cannibales. Et, bien sûr, il se trouvait souvent dans les parages de Lady Elvira Grey. S’il c’était sortit sans mal de tout cela, outre toutes ses qualités de soldats, sa ruse, son esprit vif, ses talents divers et tout le reste, c’était pour raison aussi bonne qu‘elle était simple et évidente. Davidson Amycus Brown était un homme prudent, quand les circonstances s’y prêtaient. Assez prudent pour avoir survécu tout ce temps.

En l’occurrence, cette prudence s’exerçait celle qui avait acquis sa fidélité, sa loyauté et son dévouement depuis bien longtemps maintenant, sa demi-sœur, Elvira. Non pas qu’il l’évite, loin de là. Il avait toujours su où placer, avec un art exquis et une exactitude fort appréciable la frontière où un homme n’était ni trop fuyant ni trop collant. Surtout avec elle. Mais il savait fort bien que ladite frontière se déplaçait de temps en temps quand on parlait de Milady. Par exemple quand elle était sur les nerfs. Comme maintenant. Il avait aussi apprit que c’étaient dans ces cas-là qu’elle avait le plus besoin, consciemment ou non, de quelque chose sur quoi s’appuyer. Lui, en l’occurrence, depuis tout ce temps. Toujours polit, serviable et dévoué. Même s’il était maintenant son frère, même s’il l’avait comme on aime une sœur aussi exceptionnelle qu’elle.

Voilà dans quel état d’esprit il était, alors qu’il s’approchait de sa cabine où le Lieutenant Williams lui avait fait savoir qu’elle l’attendait sous cinq minutes. En outre, il était aussi préoccupé. Il était manifeste que ce n’était pas qu’une petite colère passagère, mais que quelque chose n’allait pas. Et il n’aimait pas que quoi que ce soit n’aille pas parfaitement pour sa très chère sœur, d’autant qu’elle refusait de dire quoique ce soit à quiconque, même à lui. Mais il patientait, comme toujours. S’il y avait quoi que ce soit qu’il pouvait faire, elle finirait bien par le lui demander, comme à chaque fois. C’était peut-être même pour cela qu’elle l’avait fait appelé aujourd’hui. Il ne toqua pas à la porte avant d’entrer dans sa cabine. Il en était toujours ainsi quand elle le convoquait séance tenante. Un des nombreux détails qui semblaient s’être mis en place d’eux-mêmes au fil des années et qui émaillaient leur relation si particulière.

« Lieutenant Brown, je vous attendais avec beaucoup d’impatience. »

Sa voix était froide, suave, et, comme toujours, fort belle, telle une vibrante flèche de glace fendant un air polaire, les rayons du soleil se fragmentant à son contact en une myriade de reflets féériques. Le Baronnet s’inclina devant elle, avec sa politesse coutumière et le respect qu’il lui portait toujours.

« Je suis à votre disposition, Milady. »

La sublime jeune femme faisait déjà volte-face pour se saisir d’une bouteille de Brandy anglais - il reconnu tout de suite le flacon - avec l’aide de laquelle elle remplit deux coupes de verre, visiblement destinée à leur petite fratrie recomposée.

« J’ai une importante mission à vous confier. J’aurais besoin de vos services d’espionnage pour en apprendre plus sur miss Bailey von Hessen-Kassel, ainsi que sur notre très cher lord Beckett. »

Voilà au moins qui était du direct et, intérieurement, le Lieutenant en Chef accusa le coup, quoi qu’il n’en laissa rien paraître à l’extérieur, sauf peut-être des yeux légèrement écarquillés, le temps d’un infime battement de cœur, avant de redevenir tout à fait normaux. Bailey et lord Beckett, leur employeur. Deux cibles auxquelles il ne s’attendait pas, pour des raisons totalement distinctes. Et encore moins communiquées ainsi, ensemble, dans la même mission et en une seule phrase. Pourtant, la surprise n’ôtait rien à ses capacités d’observation, qui lui avaient été utile tellement de fois qu’il n’aurait su les dénombrer, et il connaissait très bien la jeune femme au service de laquelle il était dévoué depuis tant de temps. Il nota que son sourire était vide et que ses doigts fins et délicats frémissaient légèrement alors qu’elle finissait de verser le liquide alcoolisé dans les verres.

Il ne dit pourtant rien, discret, comme toujours. Il la regarda poser la bouteille à sa place, prendre un des verres et s’installer dans son fauteuil, avant de boire une longue gorgée de Brandy puis de reposer sa coupe. Elle se saisit ensuite de quelques papiers se trouvant sur son bureau.

« Mais avant tout, Brown… Comment vous portez-vous ? »

Son petit sourire semblait bien plus convainquant cette fois, et il le lui rendit, avant même de s’en rendre compte. Un sourire doux et chaleureux comme un bon feu en hiver, quand la neige se déchaînait dehors. Il allait de surprise en surprise, mais il était y était presque habitué, depuis le temps qu’il était sous ces ordres. Cette petite attention lui faisait tout de même plaisir, même s’il ne l’extériorisa pas plus que par ce sourire, et par son regard, un bref instant.

« Hé bien, je me porte à merveille, Lady Grey, et je suis touché du soucis que vous prenez de ma santé. Véritablement. »

Ce qui était la plus pure vérité, d’ailleurs. Aussi bien pour le fait qu’il se porte comme un charme - il était rarement malade dans l’absolu - que pour son plaisir de sa question. Ce n’était pas grand-chose, mais il connaissait les êtres humains en général et elle en particulier, et c’était l’un des signes que leur relation allait, très doucement, en s’adoucissant un peu.

« J‘ose espérer que c‘est également votre cas, Milady. Si ça ne l’est pas et que je puisse faire quoi que ce soit pour y remédié, j’espère que vous me le ferez savoir. »

Il inclina légèrement la tête pour appuyer ces paroles, et il prit délicatement la coupe de Brandy qu’elle avait versé pour lui. Ce n’était pas la première fois qu’elle faisait un tel geste, et cela augurait généralement des discussions un peu plus profondes que de coutumes, sur quelque plan que ce soit. Il porta le verre à ses lèvres et en savoura une gorgée, appréciant la brûlure de l’alcool dans sa bouche et dans sa gorge, et sa douce chaleur au creux de son ventre.

« En ce qui concerne la mission que vous me confiez, j’en prend bonne notre, Milady, et je ferais de mon mieux pour l’accomplir de la meilleure façon, comme toujours. Vous aurez vos renseignements dans les plus brefs délais, soyez-en assurée. »

Dans un coin de sa tête, il digérait et murissait toujours l’objet, ou plutôt les objets de ladite mission. La seule raison qui lui venait à l’esprit pour coller Baley et lord Beckett dans le même ordre était certes plausible, mais elle ne lui plaisait pas vraiment…

« Pourrais-je toutefois vous demander si, en plus des renseignements habituels et de rester ouvert à tout, vous auriez un domaine de prédilection pour ces informations ? »

Déjà, une autre partie de son esprit tournait à plein régime, imaginant comment il pourrait faire. Pour la jeune femme, cela devrait être assez aisé, mais pour le Lord… Il lui faudrait compter avec Mercer. Et Groves. Et tous les autres… Un défit de taille…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
«Admin : ◊ LADY - MARRIED TO THE DEVIL »
avatar
♠ IRL Age : 25
♠ Parchments : 415
♠ Where are you ? : ❝In the arms of my husband.❞
♠ Habilities : ❝1# Good Shooter. 2# Excellent handling of weapon. 3# Conspiracy. 4# Mean. 5# Traitor.❞
♠ Camp : ❝Long live to the King.❞
♠ RPG Age : 27years old.
♠ Quote :
“Nothing can harm us
when God leads us”
"Deo Dvcente Nil Nocet" ━ East India Trading Co. Motto. | Blason de la Famille de Hanovre.

♠ Dealing ♠
҂ ORIGINES : Germano-britanniques.
҂ PROFESSION : Gouverneur, assistante, représentante.
҂ RELATIONNEL :

MessageSujet: Re: `` no way, no chance   Dim 6 Fév - 0:54

Lady Grey observa la silhouette masculine qui se dessinait à l’entrebâillement de la lourde porte en bois, juste sous ses yeux. La noble le détailla en profondeur, passant de son uniforme, aux traits faciaux de son visage. Ils ne se ressemblaient pas, et pourtant, les liens de la famille les unissaient pour le meilleur et pour le pire. Depuis que lord Grey avait épousé la mère de Davidson, ses moindres repères s’étaient écroulés sur le coup. Elvira avait toujours pensé que ce grand brun, au visage angélique, aurait put être un de ses amants. Qu’ils seraient tous les deux devenus fort proches, d’une manière beaucoup plus sentimentale. Mais le destin en avait voulu autrement, et elle se devait à présent de le voir comme un frère. Son frère. Ce serait de l’inceste de penser le contraire, ou de le scruter avec une pointe de luxure dans le regard. Très rapidement, Elvira s’était montrée peu à peu distante envers lui, afin de taire à jamais ce qu’elle avait imaginé durant de longs mois. Elle préférait se reculer, et fuir, plutôt que de lui en parler, afin qu’ils puissent trouver une solution à ce problème. Agir ainsi fut bénéfique pour lady Grey, elle parvint à se détacher de lui, peut-être même un peu trop, car à présent, elle souhaitait entretenir une relation amicale et fraternelle avec Davidson et cela devenait plus difficile qu’au début. Elle désirait avoir un frère, si fort. Avoir une présence à ses côtés qui ne la décevra jamais, et qu’enfin, un véritable lien les unissent.

Elvira aborda son demi-frère avec un discret sourire, tout en effleurant la texture rugueuse du verre en cristal de l’index. Elle but le contenu de sa coupe d’une traite, puis la reposa brutalement sur l’imposante surface du bureau en un claquement sonore.

« - Hé bien, je me porte à merveille, Lady Grey, et je suis touché du soucis que vous prenez de ma santé. Véritablement.
- J’en suis rassurée, dans ce cas. Et -- Brown, je m'en soucie vraiment, et cela me flatte que vous appréciez ce geste -- Je n'aimerais guère qu'il vous arrive quoi que ce soit. Je vous apprécie en grande forme. »

Hochant la tête suite à ses dires, elle parut satisfaite de sa réponse, et – heureuse ? Bien évidemment, cela lui faisait très plaisir de voir que son associé, et frère, se portait comme un charme. Cela était même essentiel pour la mission qu’elle lui confiait. Mais Elvira désirait en apprendre plus sur cet homme, cette ombre. Son ombre. Mis à part les habituelles questions typiquement professionnelles, lady Grey souhaitait faire dévier cette conversation vers un cadre un peu plus souple, intime, et cordiale. Tout comme avec miss Beckett, femme qu’elle désignait comme sa meilleure amie, à vrai dire. Elvira essayait tant bien que mal de se montrer inquiète, et de lui prouver qu’elle n’était pas qu’une statue de glace à la chevelure blonde et légèrement ondulée. Après des mois, voire des années de distance, il lui était compliqué de faire machine arrière, et d’exposer ses sentiments au grand jour, chose que la belle ne faisait jamais en temps normal. C’était contre sa nature secrète. Mais pour offrir un peu de chaleur fraternelle à Davidson, elle ferait cet immense effort, car au fil des semaines, elle avait comprit qu’il serait toujours là pour elle, à son service, fier et droit.

« J‘ose espérer que c‘est également votre cas, Milady. Si ça ne l’est pas et que je puisse faire quoi que ce soit pour y remédié, j’espère que vous me le ferez savoir. »

Elvira suivit le geste de son frère, tout près d’elle, qui s’emparait de la deuxième coupe pour porter à ses lèvres ce doux liquide ambré. Un rictus apparût sur son visage, un simple sourire. « En ce qui concerne la mission que vous me confiez, j’en prend bonne notre, Milady, et je ferais de mon mieux pour l’accomplir de la meilleure façon, comme toujours. Vous aurez vos renseignements dans les plus brefs délais, soyez-en assurée. » Sa langue claqua contre son palet. Elle n’en attendait pas moins du lieutenant Brown, toujours aussi assuré, et polit. Cela la ravissait, elle aimait tout particulièrement que ses subalternes soient aussi sûrs d’eux. Après tout, Davidson Brown faisait toujours du très bon travail. Il n’avait jamais faillit à la moindre mission, d’après ses souvenirs.

« - Pourrais-je toutefois vous demander si, en plus des renseignements habituels et de rester ouvert à tout, vous auriez un domaine de prédilection pour ces informations ?
- Non, je n’ai pas réellement de domaine de prédilection – trouvez-moi diverses informations, de n’importe quel calibre. Tout est bon à prendre les concernant. Mais à vrai dire, reprit Elvira, songeuse, en se promenant un peu dans la pièce son verre en main, j’ai quelques soupçons concernant miss Von Hessen-Kassel…Elle me paraît étonnamment louche, ne trouvez-vous pas, lieutenant ? »

Lady Grey darda sur lui un étrange regard, luisant de suspicions. Elle savait qu'il fricotait avec miss Bailey, mais ce qu'elle ignorait, c'était en grande partie l'histoire qui les liaient. Elvira désirait pourtant en savoir plus sur la vie de son demi-frère, et demeurait quelque peu déçue qu'il ne l'eut pas informée auparavant de sa liaison avec cette femme.

« - N'avez-vous rien à me dire à ce sujet, très cher ? »




‟So prepare for the coup of the century. Be prepared for the murkiest scam. Meticulous planning. Tenacity spanning. Decades of denial. Is simply why I'll be queen undisputed. Respected, saluted‒ And seen for the wonder I am.”

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tears-to-shed.bbactif.com
« CHIEF-LIEUTENANT »
avatar
♠ IRL Age : 25
♠ Parchments : 238
♠ Where are you ? : Là où m'envoient les fantasques dessins de ma demi-soeur...
♠ Habilities : Loyauté, fidélité, manque de scrupules
♠ RPG Age : 25 ans
♠ Quote : .

♠ Dealing ♠
҂ ORIGINES : Lieuntenant en chef à la Compagnie des Indes Orientales, assistant de Lady Elvira Grey
҂ PROFESSION :
҂ RELATIONNEL :

MessageSujet: Re: `` no way, no chance   Ven 11 Fév - 17:07

S’il y avait une chose que Davidson Amycus Brown comprenait mieux que le commun des mortels, et peut-être que n’importe qui, par bien des aspects, c’était la sublime Lady qui se trouvait en ce moment même en face de lui. Il était à son service depuis longtemps maintenant, si longtemps qu’il était devenu comme son ombre. Il ne pouvait nier - il ne se l’était d’ailleurs jamais caché à lui-même - qu’au début, avant que leurs parents ne fassent ce mariage si inattendu, il avait lui aussi des pensées sulfureuses en côtoyant Elvira, et que s’il avait imaginé une affection entre eux elle aurait été bien plus charnelle que celle à laquelle il aspirait maintenant. La différence, c’était qu’il avait su s’y faire beaucoup plus vite qu’elle, en partie parce qu’elle avait toujours besoin de lui, malgré sa soudaine froideur. Il ne lui en avait pas voulu. Il avait compris. Et il avait attendu. Comme toujours. Davidson pouvait être l’homme le plus patient du monde, parfois. Pour elle, par exemple. Mais, d’un autre côté, il aurait été le plus quoi-que-ce-soit du monde, pour elle.

Malgré le temps qu’avait duré son éloignement émotionnel, il ne lui en voulait toujours pas, et ne désespérait toujours pas. Il la connaissait si bien… Il savait que cette carapace de froideur ne durerait pas toujours, il le savait avec la confiance calme et absolue qu’il pouvait avoir. Et il l’aimait comme une sœur, maintenant. Il aurait attendu tout le temps qu’il aurait fallu, mais à une foultitude de petits signes, il se disait que la carapace de glace avait commencé à fondre et à se fissurer. Et ce qu’il se disait sur Elvira se révélait rarement faux.

« J’en suis rassurée, dans ce cas. Et, Brown, je m'en soucie vraiment, et cela me flatte que vous appréciez ce geste. Je n'aimerais guère qu'il vous arrive quoi que ce soit. Je vous apprécie en grande forme. »

Il lui sourit à nouveau, de ce même sourire doux et chaleureux, stable. Comme un petit soleil miniature, dont on pouvait être sûr qu’il continuerait de se lever et de briller, encore et encore, même dans la plus noire tempête. Sans doutes la plupart des gens auraient-ils qualifié tout cela de stupide, voir de mièvre. Ils se seraient dit qu’il devait être un bien piètre homme pour guetter ainsi le moindre signe d’affection d’une femme si inaccessible, et faire ses quatre volontés pour les obtenir. Ils auraient probablement même dit qu’Elvira utilisait cela pour le mener à la baguette. Mais ils auraient eût complètement tord. Il n’y avait nulle fébrilité dans son sourire, nulle envie, nul besoin. Juste la reconnaissance d’un contentement. Il aurait suivit Elvira jusqu’en Enfer et au-delà, même si elle était restée pour toujours et à jamais froide comme un glaçon. Sa loyauté ne devait rien à un désir d’affection. Il était loyal. Il l’avait toujours été. Et la Lady n’avait nul besoin de quoi que ce soit pour le mener à la baguette, car cela faisait bien longtemps maintenant que cette loyauté c’était liée indéfectiblement à elle.

Le Lieutenant en Chef la regarda pendant qu’il parlait, sourire, claquer de la langue, approuver silencieusement. Il avait toujours su sentir l’approbation - ou la désapprobation - d’autrui, et, depuis le temps, la sienne plus que toute autre. Ainsi savait-il quand rectifier ce qui devait l’être, car elle ne lui donnait généralement que bien peu d’instructions, et parfois peu de commentaires sur son appréciation. Mais il avait apprit à faire sans, quand il le fallait. Tout simplement.

« Non, je n’ai pas réellement de domaine de prédilection, trouvez-moi diverses informations, de n’importe quel calibre. Tout est bon à prendre les concernant. Mais à vrai dire... »


Il la regardait toujours, alors qu’elle errait doucement dans la pièce. Ce n’était pas un regard pesant, ou scrutateur, ou quoi que ce soit du genre. C’était un regard doux et protecteur, qu’il posait sur elle depuis si longtemps qu’il ne s’en rendait presque plus contre. Sa façon de mettre toujours Bailey et Lord Beckett sur un pied d’égalité travaillait le jeune homme. Aurait-elle des soupçons sur une collusion entre eux, contre elle ? Il jugea que son approche ne collait pas, et la rejeta. Ainsi qu’une douzaine d’autres hypothèses, tout en hochant la tête aux propos de sa demi-sœur. Il pouvait comprendre, pour le Lord. C’était naturel. Il se serait même étonné si ça n’avait pas été le cas. Mais Bailey… Il savait qu’Elvira ne l’appréciait pas beaucoup, mais c’était l’importance qui lui était donné qui lui semblait étrange. Il savait qu’il finirait par comprendre la raison. Il comprenait toujours.

« … J’ai quelques soupçons concernant miss Von Hessen-Kassel… Elle me paraît étonnamment louche, ne trouvez-vous pas, lieutenant ? »

Pas spécialement, à vrai dire, mais il ne le dit pas tout de suite. Enfin, pas plus que quelqu’un d’autre. Davidson se méfiait de tout le monde. Même de lui. C’était son travail, après tout, ou du moins une partie parmi d’autres, mais peut-être une des plus importante. S’il ne dit rien, ce fût pour deux raisons. Premièrement parce qu’il sentait qu’elle n’avait pas fini, et deuxièmement à cause de son regard. Un regard étrange, brillant de suspicion, qui lui apprit tout ce qu’il avait besoin d’apprendre. C’était donc ça. Il connaissait la plupart des espions d’Elvira, et savait la valeur des autres. Ors, il ne s’était jamais donné la peine de cacher sa relation avec Bailey, et lesdits espions n’avaient sans doutes pas eût le moindre fantôme de mal à en avoir connaissance s’ils avaient porté même discrètement leurs regards sur la jeune hollandaise. Et le regard de la Lady, lui, mettait toutes les choses en place.

« N'avez-vous rien à me dire à ce sujet, très cher ? »

La phrase n’était qu’une petite confirmation, qui ne faisait jamais de mal. Quelque part, même cette suspicion était positive. Elle n’aurait pas abordé le sujet ainsi si, dans son esprit, elle n’avait pas enfin commencé à admettre la transition partielle d’employé à frère, en ce qui le concernait. Il convenait toutefois de l’apaiser. Elle n’aurait jamais à le soupçonner de rien de façon sérieuse, et il était à peu près sûr qu’au fond elle le savait elle-même.

« À vrai dire, Milady, j’entretient une liaison avec miss Von Hessen-Kassel… Ce dont vous devez sûrement déjà être au courant si vous vous intéressez au cas de cette jeune personne. Vos autres espions ont, j’en suis sûr, la compétence nécessaire pour voir, à tout le moins, ce que personne ne cache aux yeux de qui que ce soit. »

Il inclina légèrement la tête, savourant distraitement une gorgée de l’alcool anglais que lui avait si courtoisement offert sa demi-sœur, repassant rapidement tout ce qu’il savait de Bailey dans son esprit calme et ordonné. Il avait une certaine affection pour elle, bien sûr, mais cela ne pesait pas plus qu’une plume si les soupçons du Gouverneur était fondés. Jamais rien n’avait pesé plus qu’une plume en face des intérêts de Lady Grey, pendant toutes ces longues années.

« Cela m’a donné l’occasion, en outre, de suivre l’ensemble de son parcours à Port-Royal, et ce dès le début puisque, vous vous en souviendrez peut-être, vous m’aviez demandé de l’accueillir lors de son arrivé dans notre port. Ce fût d’ailleurs lors de cet événement que nous avons fait connaissance, pour ensuite développer ce lien par la suite. »

Elvira voulait des détails, il l’aurait juré, rien qu’à son regard. Qu’avait-il vu de choses, au fil des ans, dans son regard ! Il lui en lança lui-même un long, très long, un regard ouvert et honnête, qui laissait voir jusqu’aux tréfonds de son être. Il n’avait rien à lui cacher. Il n’avait jamais rien eût à lui cacher.

« Miss Von Hessen-Kassel ne c’est pas, à ma connaissance, livré à des activités suspectes, et j’ai plusieurs fois été invité à son domicile sans rien y voir de compromettant. Mais j’étais, attendu, bien sûr. Je la ferais suivre et ferais examiné ses papiers pendant son absence, maintenant que vous m’avez communiqué ces doutes à son sujet. »

Davidson bu encore une gorgée de Brandy, songeur. Il y avait quelque chose… Quelque chose qu’il avait toujours mit sur le simple compte de la curiosité. Il avait peut-être eût tord. Il lui faudrait creuser ça en temps et en heure, pour ne rien brusquer.

« Toutefois, il y a bien quelque chose… Miss Von Hessen-Kassel manifeste parfois la curiosité coutumière des jeunes femmes pour la conduite de leurs amants, et quoi qu’elle n’ait jamais eût aucune réponse compromettante ou même vaguement intéressante de ma part, comme vous vous en doutez, elle est toujours curieuse… Si le reste ne donne rien, je lui lâcherais quelques fausses informations dans un moment où on ne va généralement pas imaginer de malice, comme sur l’oreiller par exemple… Nous verrons bien si elle transmettra à quelqu’un. »

Il annonçait cela sans gêne, sans chichi, comme s’il discutait de la façon dont il allait déployer une escadrille. Sans remords. Sans hésitations. Bailey était son amante, certes, mais Elvira était sa sœur, et son employeuse. Elle était la personne à qui il avait offert tacitement sa loyauté et qui l’avait tout aussi tacitement accepté. Ce n’était pas que le choix fût vite fait. Il n’y avait même pas de choix à faire.

« Auriez-vous des soupçons plus précis, Milady. Je ne vois pas trop ce que pourrait tramer Miss Von Hessen-Kassel, et surtout avec qui… Elle a été répudiée par son ancien mari hollandais, et il serait étonnant qu’elle lui soit resté moralement fidèle… Cela dit, il faudrait peut-être que je me renseigne sur cette mystérieuse rupture… Cette jeune personne est d’agréable composition et très performante dans tout un tas de domaines qui intéresse généralement les hommes prenant des épouses avec autant d’années de moins… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
«Admin : ◊ LADY - MARRIED TO THE DEVIL »
avatar
♠ IRL Age : 25
♠ Parchments : 415
♠ Where are you ? : ❝In the arms of my husband.❞
♠ Habilities : ❝1# Good Shooter. 2# Excellent handling of weapon. 3# Conspiracy. 4# Mean. 5# Traitor.❞
♠ Camp : ❝Long live to the King.❞
♠ RPG Age : 27years old.
♠ Quote :
“Nothing can harm us
when God leads us”
"Deo Dvcente Nil Nocet" ━ East India Trading Co. Motto. | Blason de la Famille de Hanovre.

♠ Dealing ♠
҂ ORIGINES : Germano-britanniques.
҂ PROFESSION : Gouverneur, assistante, représentante.
҂ RELATIONNEL :

MessageSujet: Re: `` no way, no chance   Sam 19 Fév - 0:54

Elle qui avait tant placé la majorité de ses espoirs en Davidson, se voyait brutalement ramenée à la réalité. Il n’était pas aussi infaillible qu’elle l’aurait auparavant cru. Il pouvait tout autant commettre des erreurs, tout comme se complaire dans les plaisirs de la chair avec une femme qu’Elvira se méfiait bien plus que la peste. Certains des espions de la Gouverneure le lui en avaient touchés deux mots il y a quelques jours, de cette fameuse liaison entre son bras droit, et cette étrangère raffinée. Lady Grey était alors immédiatement entrée dans une colère noire, et les avaient tous congédiés afin de s’emparer d’un vase hors de prix, et de le jeter par-dessus la fenêtre de son imposant balcon. A la pensée de ce souvenir, le visage d’Elvira sembla s’assombrir quelques peu, et elle grinça des dents.

« À vrai dire, Milady, j’entretient une liaison avec miss Von Hessen-Kassel… Ce dont vous devez sûrement déjà être au courant si vous vous intéressez au cas de cette jeune personne. Vos autres espions ont, j’en suis sûr, la compétence nécessaire pour voir, à tout le moins, ce que personne ne cache aux yeux de qui que ce soit. »

Elvira se retint de lui répondre quoi que ce soit, et préféra attendre qu’il eut terminé son discours, puisqu’il semblait très bien partit sur cette voie. Sa sœur aînée croisa les bras contre l’étoffe précieuse et de soie de sa longue robe, tapotant ses ongles sur le revers d’une dentelle blanche se promenant au niveau de son index où trônait une bague surmontée d’un étincelant rubis. Il était finalement passé aux aveux après les quelques mots murmurés d’un ton suspicieux de sa bien-aimée demi-sœur. Elvira n’en demandait pas tant, elle se serait contenté d’un mensonge, d’une niaiserie, de n’importe quelle autre chose. Du moment que cela suffisait à apaiser ses craintes, et ce doute inflexible qui commençait peu à peu à sommeiller en son être. Elle détestait éprouver le moindre doute, ou hésitation, envers son bras droit. Cela l’horripilait, et lui provoquait d’intenses haut-le-cœur, qu’elle tentait vainement de cacher derrière un rictus froid, et sans appel.

« Cela m’a donné l’occasion, en outre, de suivre l’ensemble de son parcours à Port-Royal, et ce dès le début puisque, vous vous en souviendrez peut-être, vous m’aviez demandé de l’accueillir lors de son arrivé dans notre port. Ce fût d’ailleurs lors de cet événement que nous avons fait connaissance, pour ensuite développer ce lien par la suite. »

Elvira acquiesça d’un signe affirmatif de la tête. Il avait raison sur ce point, ce fut bien elle qui provoqua leur rencontre. La jeune femme vint brièvement à le regretter, mais préféra garder cette pensée bien au fond de sa tête monotonement.

« Miss Von Hessen-Kassel ne c’est pas, à ma connaissance, livré à des activités suspectes, et j’ai plusieurs fois été invité à son domicile sans rien y voir de compromettant. Mais j’étais, attendu, bien sûr. Je la ferais suivre et ferais examiné ses papiers pendant son absence, maintenant que vous m’avez communiqué ces doutes à son sujet. »

Toujours silencieuse, elle se contenta vaguement d’hocher la tête, tout en remettant correctement en place une de ses nombreuses bouclettes blondes pendant au niveau de ses tempes, et frôlant le lobe de ses petites oreilles pâles.

« Toutefois, il y a bien quelque chose… Miss Von Hessen-Kassel manifeste parfois la curiosité coutumière des jeunes femmes pour la conduite de leurs amants, et quoi qu’elle n’ait jamais eût aucune réponse compromettante ou même vaguement intéressante de ma part, comme vous vous en doutez, elle est toujours curieuse… Si le reste ne donne rien, je lui lâcherais quelques fausses informations dans un moment où on ne va généralement pas imaginer de malice, comme sur l’oreiller par exemple… Nous verrons bien si elle transmettra à quelqu’un. »

Son regard s’éclaircit aussitôt à la fin de cette phrase. Curieuse. Ce mot résonnait en boucle dans sa tête, accusateur. Elle s’imagina durant quelques secondes que cette étrangère puisse en réalité cacher bien d’autres petits secrets sordides, et malsains. Cela lui semblait louche, affreusement louche qu’une personne visiblement aussi distinguée puisse vouloir en savoir davantage sur ses amants. Généralement, le simple fait d’avoir un amant suffisait, et la plupart des femmes ne tergiversaient guère sur l’identité de leur partenaire du soir. Si quand bien même elles parviennent à obtenir le moindre prénom au cours de cette nuit. Lady Grey ne s’offusqua pas des mots « crus » de son frère. Après tout, elle-même organisait certaines orgies dans son manoir, alors à quoi bon se chamailler à propos d’une histoire d’oreiller ?

Elle trouvait l'idée de son bras droit excellente, voire même extraordinaire. Un sourire satisfait orna ses lèvres pulpeuses, tandis qu'elle se remettait peu à peu à retrouver la foi envers son fidèle et précieux lieutenant. Lady Grey décroisa très lentement les bras et prit la coupe remplie de Brandy, qu'elle vida d'une traite, une fois l'avoir remplie à raz-bord.

« Auriez-vous des soupçons plus précis, Milady. Je ne vois pas trop ce que pourrait tramer Miss Von Hessen-Kassel, et surtout avec qui… Elle a été répudiée par son ancien mari hollandais, et il serait étonnant qu’elle lui soit resté moralement fidèle… Cela dit, il faudrait peut-être que je me renseigne sur cette mystérieuse rupture… Cette jeune personne est d’agréable composition et très performante dans tout un tas de domaines qui intéresse généralement les hommes prenant des épouses avec autant d’années de moins… »

Lady Grey marqua un blanc, ne disant absolument rien, juste le temps de quelques minutes. Elle se décida enfin à entrouvrir ses lèvres dans le but de lancer une nouvelle tirade, sur un ton beaucoup plus détendu à présent qu'il lui avait avoué le fin mot de l'histoire. Visiblement rassurée, Elvira s'essaya même à la plaisanterie. « Ah, mon cher Brown, si vous saviez à quel point j'ai eu peur pour vous -- Mais maintenant tout s'éclaire, je comprends votre situation. Quant à miss Von Hessen-Kassel, je dois reconnaître que la savoir 'curieuse' m'inquiète de plus en plus. » susurra-t-elle sur un ton neutre, prévoyant une suite : « Vous savez bien, mieux que quiconque, que j'ai une sainte horreur des personnes curieuses. » renchérissant sur un petit éclat de rire moqueur, lady Grey leva les yeux vers Davidson. Elle le scruta intensément, avant de reprendre, jouant avec sa coupe de Brandy, « Si ce n'est que purement -- désintéressé, Brown, je vous autorise à continuer sur cette voie. Mais dans l'unique but de récolter des informations sur son compte, que cela soit bien clair entre nous -- Je ne tolérerais aucune liaison amoureuse, ou attachante qui vous lierait à qui que ce soit sans mon consentement. »

Sur ce ton autoritaire, Elvira se permit même de se resservir. « Un verre ? » Elle approcha le bouchon de la bouteille vers la coupe de son frère, attendant le feu vert pour verser le délicieux liquide ambré.

« Je préfère tout d'abord connaître vos propres soupçons, avant de vous révéler les miens -- affin de concorder nos opinions, très cher. Dites-moi, quel est votre point de vue, à vous, vis à vis de cette affaire ? Que pensez-vous exactement de miss Von Hessen-Kassel ? Auriez-vous quelques hypothèses sur cette étrange curiosité ? »

Cela était fort étrange. Elle qui ne demandait que peu souvent l'opinion des autres pour conclure une affaire, ou une mission, Elvira désirait à présent impliquer un peu plus personnellement son très cher frère dans l'histoire. Car après tout, désormais, ils étaient complices du même crime. La curiosité excessive.




‟So prepare for the coup of the century. Be prepared for the murkiest scam. Meticulous planning. Tenacity spanning. Decades of denial. Is simply why I'll be queen undisputed. Respected, saluted‒ And seen for the wonder I am.”

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tears-to-shed.bbactif.com
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: `` no way, no chance   

Revenir en haut Aller en bas
 

`` no way, no chance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ TEARS TO SHED ♣ :: A Map Of The World ::  :: — Navy, and EITC, the Great Britain lovers » :: — HMS One of Blades, the king » :: « cabine du capitaine »-
Sauter vers: